Culture

04.

Les Itinéraires Artistiques du Pays Portes de Gascogne

Les Itinéraires Artistiques en Pays Portes de Gascogne

La douceur du Gers et l’Art Contemporain se mêlent pour vous proposer des balades culturelles sur tout le territoire du Pays Portes de Gascogne.

Les œuvres Art & Environnement comme les fresques qui composent les Itinéraires Artistiques sont autant d’occasions de

  • Se balader : à pied, à vélo, à vélo à assistance électrique, ou en voiture.
  • De découvrir des créations originales réalisées par des artistes de notoriété régionale, nationale et internationale.
  • De s’arrêter sur le chemin visiter une exposition au Centre Photographique de Lectoure, à la Maison des Ecritures de Lombez, à la Maison de l’Illustration de Sarrant ou dans d’autres hauts lieux de la culture en Pays Portes de Gascogne.
  • De prendre un verre à l’Ours Brun de L’Isle-Jourdain ou de manger au Bouche à Oreille de Simorre.
  • Ou tout simplement de savourer les paysages gersois, pleins de mystères et de rebondissements.

La démarche

Ce sont les habitants du territoire, au travers du Conseil de Développement du Pays Portes de Gascogne, qui ont impulsé le premier projet de création d’œuvre Art et Environnement sur le territoire, en 2012, avec pour objectif de sensibiliser les promeneurs aux bouleversements environnementaux tout en les invitant à découvrir le Gers autrement.

Fort du succès de cette première résidence et de celles qui ont suivi et permis la création d’un parcours Art & Environnement, le Pays Portes de Gascogne a souhaité poursuivre ce concept de cheminement en développant un parcours de fresques murales.

Toutes les œuvres accueillies sur ces deux circuits sont organisées comme de véritables résidences artistiques alliant création et rencontres avec les publics : débats, ateliers, projections, conférences… Les habitants deviennent acteurs et ambassadeurs des projets artistiques de leur village.

Découvrir des œuvres d’Art… en vélo à assistance électrique

Nous vous proposons de découvrir ces Itinéraires Artistiques en empruntant les parcours vélo qui relient les œuvres entre elles. Grâce aux différents points de location de Vélos à Assistance Electrique  répartis sur l’ensemble du territoire, les vallons du Gers s’offrent à vous pour inventer une nouvelle manière de faire du tourisme, et profiter de leurs curiosités et particularités hors des sentiers battus.

www.velosdepays.com

La ZCARD Itinéraires artistiques

Afin de visualiser l’emplacement des oeuvres sur le territoire en un coup d’oeil, nous vous proposons une carte du Pays Portes de Gascogne indiquant l’ensemble des oeuvres présentes et à venir.

Cette carte est disponible dans les lieux publics touristiques et culturels du territoire. 

Vous pouvez la retrouver ci-dessous en pdf : 

Sur la carte ci-contre, les œuvres indiquées …  

  • … en bleu sont les fresques : Parcours typographiques, lettrages, muralisme, autant de formes d’expressions urbaines inhabituelles dans ces villages ruraux  au patrimoine exceptionnel.
  • .. en vert sont les œuvres Art & Environnement : Héritières du mouvement Land Art, les œuvres qui jalonnent le parcours Art et Environnement résonnent avec une urgence d’agir. Avec la complicité des habitants du territoire les propositions conçues poussent à réfléchir sur l’état de notre planète.
  • .. en jaune sont les œuvres en cours de réalisation
Fresques

Ensemble vivants, à Sarrant

Cette fresque, réalisée à la chaux, se situe à l’entrée du village médiéval de Sarrant. Elle naît d’une démarche participative et d’une question centrale : qu’est ce qui nous rassemble ? Dans le passé, aujourd’hui et à l’avenir, comment se créent la rencontre et les moments de convivialité ? Au travers des entretiens et des balades exploratoires menés avec les sarrantais·es, autour du bourg et dans les quartiers, le collectif Superbrut·es découvre vite que le monde végétal semble être ici ce qui nous relie les un·es aux autres.

Cette œuvre interroge notre rapport au monde vivant, le soin que l’on peut y accorder, sa protection, mais aussi parfois sa domestication et son asservissement. Quatre tableaux composent la fresque : celui le plus à gauche représente le passé de Sarrant, les deux centraux le temps présent et le dernier notre futur radieux. D’autres éléments peints sont disséminés dans des quartiers du village et un jeu de tarot illustré relate les histoires de nos liens équivoques au vivant, qui toujours, nous entoure et nous rassemble.

Artistes : Superbrut·e·s (Anaëlle Cloarec et Pauline Leriche)

Signes, à Mauvezin

L’esquisse de cette fresque monumentale, réalisée en octobre 2020, a été pensée en amont avec les élèves du collège et de l’école primaire de Mauvezin au cours d’ateliers de dessins d’imagination. Leurs oeuvres sur papier ont ainsi inspiré le bâteau, la fusée, le canard, l’oiseau, le poisson et la navette. «Signes» se regarde de loin comme de près à travers deux lectures possibles. De loin une signalétique simple et graphique, de près ces silhouettes surréalistes habitées par des paysages, des forêts, des routes, des silos agricoles, des collines, des lacs… autant d’hommages rendus à l’imaginaire enfantin et à l’environnement proche de la commune.

Des fresques de plus petite taille de Loraine Motti sont visibles dans la basse-ville, à vous de les retrouver ! (2020)

© Le Chien Fou

Portrait, à Pujaudran

Fresque réalisée à Pujaudran en septembre 2020. Il s’agit d’une rencontre à la fois mélancolique et burlesque entre l’histoire de la commune, lieu de passage aux Portes de la Gascogne notamment pour les randonneurs sur la route de Saint-Jacques de Compostelle et l’histoire personnelle de l’artiste, originaire d’Auch.

Conçue comme un journal intime, cette fresque est bardée de références à des rencontres et à des moments de sa vie. (2020)

Artiste : Amandine Urruty

Oasis, à L’Isle-Jourdain

Cette oasis a poussé en plein coeur de L’Isle-Jourdain sous la chaleur du mois de juillet 2020.

On peut voir dans les motifs qui la composent, piscine, plongeoir, ciel bleu, palmiers, et carreaux en céramique, un clin d’oeil au Bigger Splash de David Hockney, figure majeure du mouvement pop art des années 1960.

Mais la composition, jouant sur des formes-contreformes, et déconstruite à la manière de collages, un des procédés favoris du surréalisme, donne à cette oasis une dimension poétique, en lien avec l’inconscient et l’inexplicable.

Cette fresque à L’Isle-Jourdain est une fenêtre de végétation dans l’urbain, une source d’eau et un horizon ensoleillé aux parfum de vacances, une respiration dans la ville. (2020)

Artistes : Supakitch & Koralie

La créature du lac, à L’Isle-Jourdain

« La créature du lac » fresque peinte par Virginie Loze rend hommage au patrimoine culturel et géographique de L’Isle-Jourdain. La silhouette de profil évoque l’image « La semeuse » des encyclopédies Larousse dont les différentes versions chronologiques sont exposées dans la Maison Claude Augé, héritier de l’édition. Aquatique et androgyne,  mi poisson, mi serpent, elle s’apparente à la créature de bois sculptée à la base de l’escalier, ainsi qu’à la figurine stylisée sur le cuir estampé d’un des sièges de cet exceptionnel hôtel particulier. L’animal apparait parmi des plantes aquatiques extraites d’une planche illustrée d’une ancienne édition de l’encyclopédie.

La créature tient dans sa main un œil, symbole de la connaissance relié à des ramifications décoratives évoquant un cerveau. Le cervelet devient une fleur stylisé, détail en métal et en marbre d’une des cheminées de l’habitation. Les circonvolutions du cerveau sont remplacées par les motifs semi circulaire d’un détail de la ferronnerie du balcon intérieur. Le lobe occipital est suggéré par un iris stylisé, motif de la tapisserie de soie du ré de chaussée. Le tronc cérébral est prolongé de motifs floraux visibles sur une cloche carré du musée campanaire de la ville. Les feuilles de chêne et les feuilles d’olivier rappellent les stucs ornant l’escalier de la demeure. La fleur d’églantier évoque l’urne-trophée des jeux floraux exposée sur le site. Les feuilles de pissenlit suggèrent la fleur soufflée par la semeuse. Enfin les barbillons de la créature proviennent de l’ornement de l’anse d’une cloche représentant deux dragons et exposée au musée campanaire.

Artiste : Virginie Loze

L’ensemble de la profusion des éléments décoratifs sont peints en regard du style Art Nouveau de ce patrimoine architectural. L’intensité des couleurs de la fresque où se mêlent de façon contrastée couleurs chaudes et couleurs froides souligne la somptuosité des couleurs diffusées par les verrières et les vitraux de ce lieu incontournable. (2020)

 

The Inside Mess, à L’Isle-Jourdain

Que se passe-t-il dans l’esprit humain et comment le symboliser ?

Au centre de l’image, une lune. Sur cette lune est posée une échelle, qu’un lion sur fond rouge (rappelant le blason de L’Isle-Jourdain) à l’apparence quelque peu démoniaque est en train d’escalader. Autour, un grand désordre de formes et de traits où l’on pourra distinguer un damier, un visage féminin, un paysage nocturne au-dessus duquel se produit une éclipse, mais encore un arbre calciné, des flammes.

«The Inside Mess», «le désordre intérieur» en français, a été réalisée collectivement par les artistes Pedro & Kazy-K à la manière des «jams sessions» propres au mouvement du graffiti, en un temps-record (2 jours) et avec des couleurs et des traits bruts, rappelant ceux de Jean-Michel Basquiat, un des symboles de la culture underground, dont les codes s’opposent à ceux de l’ordre établi.

Il y a aussi les yeux, sur le même plan alors que le personnage est de profil, ou encore la netteté et la violence des couleurs, qui, pourront évoquer les peintres cubistes, comme Picasso, ou expressionnistes, dont les visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité cherchent davantage à atteindre une certaine intensité expressive qu’à reproduire la réalité.

 

Artistes : Pedro & Kazy-K

Ces procédés renforcent le sentiment d’un désordre général, un désordre au milieu duquel une ampoule semble s’allumer : la créativité pourrait-elle naître du désordre ? (2020)

The Hunt, à Beaupuy

Cette fresque est située à la lisière des champs, sur un lieu de passage où sangliers, renards, chevreuils, lapins et humains se croisent fréquemmment. Il n’est donc pas étonnant de retrouver cette forme animale sur la fresque. S’agit-il d’un renard ? D’un loup ? Les avis sont partagés.Dans son ombre se dessine la silhouette d’un humain, sans cheveux, sans mains et sans pieds.

L’homme est un loup pour l’homme.
On pourra penser à cette célèbre phrase du philosophe anglais Thomas Hobbes dans Le Léviathan, où il relate l’aventure politique moderne à partir de l’état primitif de l’homme, qu’ Hobbes décrit comme un état de “guerre de tous contre tous”, dominé par la bestialité des rapports.

L’artiste nous livre son regard sur le rapport entre l’homme et l’animal. Il bouscule ici nos visions, l’homme est tapi dans l’ombre du loup hybridé d’humanité. (2020)

Artiste : Kazy-K

La danse, à Clermont-Savès

L’étoile, le soleil, le vase, les végétaux, les formes aqueuses et les deux personnages présents sur cette fresque sont autant de motifs simplifiés, stylisés et peints de couleurs pures et vives, évoquant le travail du peintre Henri Matisse.

Le nom donné à la fresque, La danse, n’est d’ailleurs pas sans évoquer la célèbre série du peintre fauviste, dont certaines pièces mettent en scène des natures mortes entourées de personnages dansant, ici représentés selon le style de Pedro, longilignes et minimalistes, comme en papier découpé.

Le vase est central, dans le goût hélénistique en céramique à motifs géométriques, avec en guise d’épopée grecque les objets du folklore local, suggérés par les habitants de Clermont-Savès à l’artiste durant sa résidence en juillet 2020. 

Artiste : Pedro 

Je reste là, à Ségoufielle et Castillon-Savès

Paysage onirique composé de buissons et bosquets, réalistes ou non, qui se déploient sur et en dehors de la surface circonscrite du mur, cette œuvre du toulousain Jérôme Souillot poursuit le travail entrepris par l’artiste dans sa série « Je Reste Là  » : inviter le spectateur à se plonger dans des îlots végétaux, y rester quelque temps et peut être se perdre un peu dans ces motifs, débutants ou se poursuivant dans un ailleurs, nous laissant libre d’imaginer leur prolongement.

À Castillon Savès l’artiste toulousain Jérôme Souillot a créé un paysage qui accompagne «La Grande Côte» et se fond avec la végétation environnante, comme une coulée et une remontée qui mène ou débute par le paysage existant. Le motif s’échappe du mur et se répand sur les pierres environnantes comme s’il se prolongeait à l’extérieur de lui-même. L’espace est délibérément aéré et provoque une sensation de flottement qui laisse le champ libre au regard du spectateur. (2020)

Je Reste Là à Castillon-Savès

Artiste : Jérôme Souillot

Je Reste Là à Ségoufielle

Duck Face, à Gimont !

Isabelle Souriment

Ici, le rêve et la fantasmagorie servent la lecture et l’esthétique. Le canard emblématique du bestiaire gersois devient l’Homme et vice versa. Les avions en papier virevoltant deci delà, sont un clin d’œil à l’aéronautique, secteur d’activités du territoire gimontois.  (2017)

Artiste : Veks Van Hillik

Précédent
Suivant

© isasouri

Sens Dessus Dessous à Tournecoupe !

Thomas Deudé et Stéphane Castet vous invitent à découvrir « Sens dessus dessous », un parcours ponctué d’œuvres contemporaines aux techniques variées, avec pour point d’orgue une fresque et des installations monumentales : un parcours qui attise la curiosité et vous invite à la flanerie et à la contemplation. (2017)

Artistes : Thomas Deudé et Stéphane Castet

Précédent
Suivant

© isasouri

Lombez street-art, tout un poème !

Personnages aux membres filiformes et biscornus, touches colorées réveillant la cité et calligraphies poétiques illustrent ce parcours street-art inspiré de poésie d’auteurs contemporains… Parcourez la ville pour retrouver toutes les fresques et clins d’œil disséminés dans les rues. (2017)

Artistes : Baya Dezign (Maye, Rezo, Monde)

Précédent
Suivant

© isasouri

Arte del pueblo para el pueblo à Saint-Clar !

Isabelle Souriment (3)

Véritable hymne à la liberté, les œuvres à découvrir sur le mur de la salle des fêtes et au skate park de Saint-Clar utilisent les codes de la culture graphique Chicha au Pérou. Un mix détonnant entre imagerie populaire et motifs traditionnels, travail typographique et couleurs vives pour colorer le village d’audace et de créativité. (2016)

Précédent
Suivant

© isasouri

… Art & Environnement

Suite de Pan à Fleurance

Observatoire de la faune et de la flore niché dans un chêne à 7 mètres du sol. Un globe dont les constellations ont été redessinées par les enfants de Fleurance invite le spectateur à comprendre la complexité entre terre et ciel, et prendre conscience des espèces disparues ou en voie de disparition. (2018)

Artiste : Thierry Boutonnier

Précédent
Suivant

© isasouri

La Nourrice à Aubiet

Avec ses buttes de cultures inspirées de la permaculture, la Nourrice est un jardin forêt comestible et habitable, un nouvel espace où Nature et Culture s’associent dans un but de bien-être, de recherche, de développent. (2015)

Artiste : Olivier Nattes

Précédent
Suivant

© isasouri

Kaze à Saint-Elix d’Astarac

Kazé c’est le vent en japonais. Cette imposante sculpture de branchages tressés évoque un cyclone prisonnier de la forêt. Légère et majestueuse, elle symbolise toute la force et la puissance du vent. (2013)

Artiste : Teruhisa Suzuki

Précédent
Suivant

© isasouri

Yane à Villefranche

Yané signifie toit en japonais. Large éventail de bois blond posé à flanc de coteau, l’œuvre monumentale se révèle le long d’un chemin de randonnée qui embrasse le village de Villefranche. (2012)

Artiste : Teruhhisa Suzuki

Précédent
Suivant

© isasouri